Ce genre de bonheur

Y a-t-il des instants plus purs que celui où tu cours dans la neige avec ton amour et ton chien ? Cet instant où tu n’as plus peur de rien. Plus peur de tomber, plus peur de te mouiller, de te salir, plus peur de ce qui se passera demain ni même de ce qu’il s’est passé aujourd’hui, plus peur que le monde s’écroule sous tes pieds. Plus même peur du regard des autres – et c’est inespéré. Tu ris à gorge déployée comme une petite toute petite fille et le froid s’engoufre dans ta poitrine, sans que tu en ressentes la moindre gêne : c’est vivifiant. Ce vent glacé, c’est comme une petite cheminée qui s’allume dans ton coeur. Ton foyer. Ta famille. Qu’il est bon d’être heureux. Qu’il est bon, ce rire qui n’a ni tenants, ni aboutissants, qui tombe du ciel avec les flocons et se suffit à lui-même.

Image de winter, socks, and fire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s