« Hâte-toi pour le bien, quand tu le peux ; car ce n’est pas à tout moment que tu le peux. » Proverbe arabe

Ce n’est pas ma patiente attitrée, je ne l’ai croisée qu’une poignée de fois, au vol, et ne lui ai jamais personnellement parlé. Cet après-midi elle rentre chez elle. Une poignée de main au docteur, une poignée de main à l’interne, et une poignée de main à moi, l’externe, que je n’attendais pas. Sur la mienne elle s’attarde un peu, nous restons les deux paumes l’une contre l’autre un peu plus longtemps que nécessaire, elle attrape mon regard et me dit « je vous aime bien, vous : vous souriez tout le temps. »

Sourire encore plus grand.

Est-ce qu’elle sait qu’elle a éclairé ma journée ?

De la médecine, je connais encore si peu de choses, je ne sais pratiquement rien faire.
Oui, mais je fais déjà du bien aux gens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s