*

J’entends le sourire de Papa à l’autre bout du fil,
quand j’annonce que j’arrive à la gare à midi, par surprise, sans raison,
alors que je ne devais pas les revoir avant plusieurs semaines.
Les sourires de Papa sont rares,
mais quand il sourit, le monde fait une cabriole et des coquelicots se mettent à pousser sur tous les murs.
C’est beaucoup de coton dans le coeur. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s