« Le bonheur, ce n’est pas une note séparée, c’est la joie que deux notes ont à rebondir l’une contre l’autre. » Christian Bobin

Et aujourd’hui je suis tombée dans cette piscine de fleurs de coton.
Puis m’y suis laissé glisser mille autre fois.
Tornade de complicité, déracinant la moindre peine.
Tsunami de tendresse.
Ils chantent et un lien se matérialise entre eux deux,
comme un minuscule passage secret de l’un à l’autre
.
Ils ne cherchent pas à être les meilleurs ou à atteindre la perfection.
Ils n’ont personne a défier.
Elle bâille, ils rient.

Et pourtant, ils le sont.
Parfaits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s