Aujourd’hui, l’herbe n’était plus verte. Elle était jaune, bleue, violette. Des bataillons entiers de pâquerettes, marguerites, bleuets, ont conquis les pelouses dans la nuit, prêts à chasser définitivement l’ennemi. Des arcs-en-ciel à nos pieds, pour accueillir les hirondelles et mettre l’hiver au placard. Aujourd’hui, le ciel revêtait encore son manteau gris, mais la pelouse avait déjà le parfum de bord de mer, ou des après-midis allongés au soleil, le parfum des sandales et des thés glacés. Le parfum de la légèreté. Alors j’ai voulu ajouter des couleurs à ce paysage, et j’ai souri.

Publicités

Une réflexion sur “

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s